Presse

Critique
Dracula

Un article de Roger Simons

publié le 15.02.2012

Chloé Struvay

 

DRACULA ( version : 2012)

 
représentations du mardi au samedi à 20h30

 
 
Théâtre Le Public
 
 
rue Braemt 64/70 - 1210 Bruxelles

 
 
du 15/02/2012 au 31/03/2012

 
 


Infos Réservations : 0800 / 944 44


 
 


Et c'est au Théâtre Le Public, dans la petite salle impressionnante, en sous-sol, dite « la cave »

DRACULA de Bram Stoker ! Voilà un roman célèbre du 19e siècle souvent exploité, devenu film ou pièce de théâtre.

Au cinéma, plusieurs dizaines de films signés : Tod Browning, Lambert Hillyer, Terence Fisher, Freddie Francis, Al Adamson, Alan Gibson, Paul Morrisey, John Badham , F.F.Coppola…
Des films interprétés par de grands comédiens américains.

Au théâtre, j'ai vu trois adaptations différentes : celle de Christian Lutz et Denis Leddet à Villers-la-Ville , celle de Paul Emond au Théâtre de la place des Martyrs et celle de Nicolas Géal pour les marionnettes de Toone. 

Des approches, des idées et des conceptions totalement autres.

Et la nouvelle version 2012 - signée Antoine Bours et Sofia Betz - conserve le mythe de Dracula , évoque les vampires, met en scène les personnages principaux bien connus du public, mais se déploie d'une toute autre façon.

Sofia Betz (adaptatrice et metteuse en scène) : Je pense que tout le monde connaît l'histoire de base : celle d'un jeune et ambitieux notaire - Jonathan Harker - quittant la ville et s'enfonçant au plus profond de la vieille et tremblante Transylvanie afin de faire signer une vente à un gros client . Il laisse sans nouvelle sa fiancée, Mina qui, malgré sa patience et sa foi, sombre dans des angoisses se révélant de plus en plus profondes.

Dracula, c'est la vie qui file, avec son compte de relations merveilleuses, de mariages ratés et de surprises humiliantes.
Avec aussi son lot de haine, de sang et de poursuites en pleine nuit. Où l'on tombe sur des fous plus lucides que les savants et des dames plus vampires que femmes.

Pour moi, le « Dracula » de Bram Stoker pourrait ressembler à une distorsion de la devise bien connue : "l'union fait la force »

Et c'est ici tout l'intérêt de l'adaptation d'Antoine Bours et Sofia Betz : une approche totale du roman qui fait apparaître l'arrivée de la psychanalyse qui jette un regard nouveau sur l'inconscient de l'homme, la technologie, la science et l'émancipation de la femme. 

Sofia Betz :Nous avons voulu, Antoine et moi, écrire notre Dracula, titillant ce qui nous constitue, nous enchaîne nous fait peur.
Ce qui, de la psychanalyse de Jung aux récentes extravagances politiques de nos gouvernements, constitue le terreau de notre cerveau.

Quelles sont les impressions de notre spectatrice attitrée, Mijanou Loosen ?

Mijanou : Pour ma part, c'est la première fois que je voyais le personnage de Dracula évoqué sur une scène de théâtre.
Un thème qui, de prime abord, n'a rien pour me passionner... mais, dans la manière dont il est traité ici, on est loin de l'épouvante, des ambiances classiques des films d'horreur, des clichés habituels, des dents longues, du rouge sanguinolent, ... et c'est là toute l'originalité du spectacle qui pointe l'attention sur les mécanismes de la peur, de la folie, de la hantise, de la parano... collective ou individuelle.

Par ailleurs ce spectacle est intéressant aussi par une grande originalité de mise en scène, les aspects musicaux notamment, une belle utilisation de l'espace scénique.

Cela donne un résultat étonnant, on se retrouve intrigué par ces personnages embarqués dans le monde de la peur. 
Mina, son fiancé Jonathan (le jeune notaire) et la belle Lucy sont ceux qui m'ont le plus interpellés. Car, décidément, ces jeunes comédiens engagés par Le Public pour la saison, ont une présence en scène et un jeu plein de vérité… qui est plus que prometteur !

Merci Mijanou pour vos impressions d'une belle justesse, qui correspondent aux intentions des deux adaptateurs.

Il est vrai : c'est un spectacle jeune, moderne, hors sentiers battus, interprété par cette troupe du Public qui compte neufs comédiens brillants, dynamiques, dotés d'une excellente diction, de gestuelles, qui vibrent intensément sur le plateau. L'ensemble constituant des débuts prometteurs de carrière d'acteurs :

Baptiste Blampain, Benjamin Boutboul, Xavier Delacollette , Sophie Jonniaux, Caroline Kempeneers , Virgile Magniette , Mirabelle Santkin, Chloé Struvay, Emilienne Temples.

Scénographie originale et costumes de Sarah De Battice,
Lumières de Maximilien Westerlinck,
Régie de Rémy Brans et Gaëtan Bergmans
Assistanat à la mise en scène : Sandrine Bastin.

Le mythe de Dracula est respecté.

Les hommes qui conduisent le récit de Bram Stoker semblent prêts à tout pour ne pas avoir à affronter leurs propres angoisses. Ils s'unissent dans une folie collective…

Sofia Betz : Ils veulent chasser le Monstre , responsable désigné de leurs échecs , de leurs failles et des déviances de la société qu'ils se sont construites.
Régis par une vision manichéenne de l'existence, ils se vouent entièrement à une cause douteuse, la lutte contre le Mal, prête à tuer pour préserver leurs valeurs. 

On est loin de tout ce qui avait été fait précédemment.
Il ne faut pas aller voir cette pièce avec des idées préconçues.
C'est du neuf ! Et çà, c'est passionnant ! 
Certains spectateurs seront peut-être déçus de ne pas apercevoir le fameux Dracula. 
Eh non !
Pas de Dracula ! Pas de sang ! Pas d'hémoglobine ! 

Les vampires (être immortel qui se repaît du sang des vivants !) sont dans l'air…Lorsque le mythe rejoint la réalité, la paranoïa entraine l'homme rationnel dans les plus sombres dédales…

La belle Mina s'angoisse de ne pas voir revenir son beau fiançé, Jonathan ! Les chiens hurlent à la mort dans les rues…

Une jeune femme , metteuse en scène de son état, s'en va à la chasse aux chauves-souris , s'empare du mythe et interroge le besoin qu'ont depuis bien longtemps les hommes de se créer des monstres…

Décidément, le Théâtre Le Public est des plus performants avec ses trois spectacles qui se jouent simultanément :

Les 39 Marches/Hitchcock
Dracula/Stoker
Et l'extraordinaire RED/Logan ! 
Et , en juin prochain : Arrivée d'un certain Cyrano de Bergerac !!!
Vous connaissez ?

(Avec de larges extraits des propos de Sofia Betz publiés dans le programme du Théâtre)
Chloé Struvay